Monir Morouche

Monir Morouche

"Est-ce que 6 années licence 1 à la FAC ça fait un BAC +6 ? Si la réponse est non, alors, considérons que je n'ai pas beaucoup mieux que le BAC"

Spécialisé dans les audits et tests d'intrusion, je représente la branche armée des Suricates. Consultant-conférencier en sécurité informatique, j’interviens en amont des incidents via de régulières formations-démonstrations, ou en cas de sinistre dans les situations dites désespérées. Mon surnom : Le Backup.

Enfant, je vivais loin de mes camarades, et mon seul compagnon était le vieil ordinateur familial, sur lequel j’ai fait mes premières bidouilles, comme des « copies pirates » et mes premiers cracks de logiciels.

Au collège, j’ai connu mes premières expériences en sécurité informatique, en cherchant les failles de sécurité des systèmes d’exploitation. À cette période est arrivé l’internet grand public et c’est étudiant sans le sou que j’ai commencé à pirater les réseaux sans fil. J’ai délaissé mes études de médecine pour me consacrer au hacking et à la sécurité.

Étudiant en informatique, je me suis vite aperçu que je n’apprendrai rien de nouveau, et par oisiveté, je cherchais les vulnérabilités du réseau de l’Université Lille1. J’ai découvert une faille inquiétante qui me permettait d’avoir accès à la totalité du trafic sur le réseau. J’ai signalé cette faille à l’administration, ce qui m’a valu, plutôt qu'une reconnaissance de leur part, une interdiction de passer mes examens, et l’impossibilité de continuer à étudier.

La même année, j’ai remporté la NDH, un concours de hacking national, ce qui m’a apporté la preuve que j’étais bon dans ce domaine malgré mon manque de références.

Ne trouvant pas de poste adéquat à mes qualifications dans le monde professionnel, où à l'époque le hacking, même éthique, était encore un sujet tabou, j'ai décidé de créer ma propre entreprise dans le domaine du développement web et de la cyber-sécurité.